Durabilité

Ecodesign du produit

Passer d'un modèle d'économie linéaire à un autre circulaire est le défi de notre époque.

Le premier présuppose que les biens doivent avoir un cycle de vie déterminé, qui prend fin lorsqu’ils ne servent plus et sont donc envoyés à la décharge. Le second est pensé pour régénérer les ressources employées, en s’en servant au cours de plusieurs cycles de production et d’utilisation.

 

Économie linéaire

Matières premièresProduction et conceptionDistributionConsommationDéchets

Économie circulaire

Matières premièresConceptionProduction, nouvelle fabricationDistributionConsommation, utilisation, réutilisation, réparationCollecteDéchets résiduelRecyclage

La recyclabilité des matériaux employés pour les emballages est fondamentale pour développer un modèle de production et de consommation dans lequel la fin d'un produit correspond au début d'un autre.

Il suffit de penser qu’en moyenne un habitant d’Europe produit environ 163 kg de déchets issus d’emballages par an (source : Eurostat), principalement constitués de papier et de carbone (41 %), de plastique (19 %), de verre (18 %) et de bois (16 %).

Papier et cartonPlastiqueVerreBolsMétalProduction de déchets issus d’emballages par personne EU-28, 2014
Source : Eurostat

Le Groupe RDM propose uniquement des produits pouvant être réutilisés, recyclés et régénérés.

Les cartons du Groupe sont en effet recyclables et biodégradables à plus de 90 %, conformément aux normes techniques EN13430 et EN13432.
Pour réaliser ses produits, le Groupe RDM utilise à plus de 50 % des matières premières secondaires : il s’agit de matériaux issus de la récupération et du recyclage de produits en fin de vie ou de résidus du travail des matières premières. Grâce au recyclage, nous réduisons la quantité de matériaux destinés aux décharges et nous limitons l’utilisation de matières premières vierges naturelles.

 

Quand il est nécessaire d’utiliser des matières premières vierges, nous utilisons principalement des matériaux issus de ressources renouvelables. Globalement, plus de 80 % des matériaux qui rentrent dans nos processus industriels et que nous utilisons pour l’entretien de nos équipements sont issus de ressources renouvelables.

 

Sur la quantité totale de matériaux que nous utilisons pour produire nos cartons, les emballages et l’entretien des équipements correspondent: 58% à des matériaux de recyclage, 87% à des matériaux issus de ressources.

Pour continuer à améliorer la compatibilité environnementale de nos produits, nous recourons à l’Analyse du Cycle de Vie (Life Cycle Assessment). Avec cette méthode scientifique, nous avons l’occasion de mesurer d’une façon systématique et rigoureuse les incidences sur l’environnement causées par la production, l’usage et la valorisation de nos cartons.

Usage de sources non renouvelables

Consommation d’eau

Effet de serre

Pluies acides

Eutrophisation

Smog photochimique

ANALYSE DU
CYCLE DE VIE

Transport

Production

Distribution

Fin du cycle

Matières premières

À travers cette méthode, en effet, il est possible d’étudier toute la vie des produits, à partir de l’acquisition des matières premières nécessaires pour la production du carton et de son couchage, jusqu’à la transformation dans les usines de RDM Group et à la distribution aux clients et au traitement des produits après l’utilisation. Toutes ces phases sont considérées un ensemble des processus qui demandent de la matière et de l’énergie et qui produisent des pressions pour l’environnement, sous forme de déchets et d’émissions dans l’atmosphère et dans l’eau.

 

Dans cette étude nous avons mesuré précisément tous ces aspects. Le rapport final résume de manière holistique le total des ressources, de l’énergie et de l’eau demandés par notre carton pour être réalisé, commercialisé, utilisé et traité encore pour sa valorisation, en incluant les émissions dans l’atmosphère et les autres polluants engendrés.

Cette analyse a été conduite sur cinq produits typiques du Groupe, réalisés en 2017 dans l’usine de Santa Giustina Bellunese. Ci-dessous les résultats.

Pendant son cycle de vie entier, un kilo de carton de RDM Group a demandé, en moyenne:

1,2 kg

de matières premières obtenues des sources renouvelables et du recyclage

0,5 kg

de sources non renouvelables utilisées comme matières premières

0,7 Mj

d’énergie obtenue de sources renouvelables

9,9 l

d’eau

 
Pendant son cycle de vie entier, un kilo de carton de RDM Group a engendré des incidences sur l’environnement, en contribuant en moyenne à:

Réchauffement climatique dans la mesure de

0,83 kg

dioxyde de carbone équivalent
(CO2 eq.)

Acidification dans la mesure de

2,77 g

dioxyde de soufre équivalent
(SO2 eq.)

Formation photochimique d’ozone dans la mesure de

0,14 g

éthylène équivalent
(C2H4 eq.)

Eutrophisation dans la mesure de

0,89 g

phosphate
(PO4 3- eq.)

 

Produits considérés pour l’analyse : VinciCoat 112, grammage 350 g/m2 ; VinciBright 113, grammage 350 g/m2; VinciStar 122, grammage 550 g/m2 ; VinciAvana 962, grammage 445 g/m2; VinciBright Special 963, grammage 320 g/m2.

 

L’étude LCA (Life Cycle Assessment) de nos cartons se base sur les normes ISO 14040:2006 et 14044:2006, reconnues à niveau international et actuellement considérées entre les normes plus rigoureuses pour mesurer les incidences environnementales du produit.
Pour les inventaires des pressions pour l’environnement associées aux différents sous-processus inclus dans le système (production de matières premières, énergie et combustibles, opérations de transport et traitement des déchets) nous avons pris comme référence la base de données ecoinvent, dans la dernière version, c’est-à-dire : 3.31.
Nous avons défini la fin du cycle des conditionnements utilisés pour le carton prêt à la vente en prenant en considération les résultats totaux des taux de recyclage et valorisation énergétique, pour les différents matériaux de conditionnement, dans le contexte du territoire où le carton est utilisé.

Qu’est-ce que nous avons appris ?

  • Pendant le cycle de vie de nos cartons, la pression plus élevée sur l’environnement est causée dans la papeterie, en particulier par la production de l’énergie nécessaire à secher les feuilles de papier. Les incidences causées par les processus en amont d’extraction des matières premières et par ceux en aval de transportation des produits finis et de valorisation après l’usage sont beaucoup plus limitées.
  • En comparant les performances environnementales des matériaux de conditionnement de RDM Group avec celles des matériaux de conditionnement en plastique avec caractéristiques de rigidité similaires, la pression pour l’environnement en termes d’effet de serre et d’empreinte sur l’eau des cartons de RDM Group est, respectivement, XX et YY fois inférieure.
  • Si nous prenons par exemple un emballage réalisé avec 50 g de carton de RDM Group et un autre similaire en mesures et rigidité réalisé avec XX g de plastique, à égalité du processus de production dans l’usine de transformation, un conditionnement créé avec le carton de RDM Group prévient l’émission dans l’atmosphère de XX kg de CO2 et utilise XXX litres d’eau en moins, par rapport à un idéal conditionnement similaire en plastique.